Le nombre d’offres d’emploi en Suisse se stabilise à un niveau élevé

 

Seuls les métiers de la santé ainsi que ceux de la construction et du second œuvre poursuivent leur croissance.

 

Zurich, 16 janvier 2020 – Au 4e trimestre 2019, l’Adecco Group Swiss Job Market Index s’est maintenu au niveau de l’année précédente (+1%). C’est ce que met en évidence l’enquête scientifique de l’Adecco Group Swiss Job Market Index du Moniteur du marché de l’emploi de l’Université de Zurich. Au 4e trimestre 2019, les entreprises suisses ont publié à peu près autant d’offres d’emploi qu’au 4e trimestre 2018. De ce fait, le nombre d’offres d’emploi disponibles dans les grandes régions n’a quasiment pas évolué. Toutefois, tous les secteurs professionnels ne sont pas affectés de la même manière par cette stagnation. Les métiers de la construction et du second œuvre ainsi que ceux de la santé font figure d’exception. Ces deux secteurs professionnels continuent d’afficher une croissance supérieure à la moyenne.

Comme le montre l’évolution de l’Adecco Group Swiss Job Market Index (Job Index), le nombre d’offres d’emploi en Suisse s’est maintenu au niveau de l’année précédente (+1%) au 4e trimestre. « Le marché suisse de l’emploi semble donc rester à un niveau élevé actuellement. Compte tenu de la morosité de la conjoncture économique, cela n’a rien d’étonnant », déclare Nicole Burth, CEO du Groupe Adecco Suisse. Nous continuons d’observer une hausse du nombre d’offres d’emploi uniquement dans les métiers de la santé ainsi que dans ceux de la construction et du second œuvre par rapport à l’année précédente. « Les professions de la santé sont moins dépendantes du cycle économique que les autres secteurs professionnels. D’autre part, l’évolution des professions de la construction et du second œuvre devrait profiter du fait que les taux d’intérêt pour la construction sont encore très bas», commente Anna von Ow du Moniteur du marché de l’emploi suisse.

Les métiers de la santé atteignent un record historique indépendamment de la conjoncture

 

Au 4e trimestre, la recherche de personnel des entreprises a stagné dans presque tous les secteurs professionnels, et ce aussi bien par rapport à l’année précédente que par rapport au trimestre précédent. Dans le même temps, le nombre d’offres d’emploi n’a quasiment pas évolué dans presque tous les secteurs professionnels. Seuls les métiers de la santé ainsi que ceux de la construction et du second œuvre ont enregistré une nette progression.

 

Au 4e trimestre 2019, les entreprises ont davantage recherché de personnel de santé, ce qui s’est traduit par une augmentation significative de 17% par rapport à l’année précédente ainsi que par une légère augmentation de 6% par rapport au trimestre précédent. Avec une valeur de 204, l’indice par catégories professionnelles des métiers de la santé est donc plus de deux fois plus élevé qu’au début de la série d’indices de 2012, à l’époque où le point d’indice a été défini sur 100. Les métiers de la santé comprennent, par exemple, les pharmaciens et les assistants en pharmacie, les assistants de laboratoire médical, les médecins, les infirmières et les soignants.

Le nombre d’offres d’emploi dans les métiers de la construction et du second œuvre augmente également d’une année sur l’autre (+12%), mais stagne d’un trimestre à l’autre (–1%), ce qui n’a rien d’étonnant étant donné le caractère saisonnier de la demande dans ces métiers. On observe surtout une augmentation du nombre d’offres d’emploi dans les métiers du second œuvre dont font par exemple partie les couvreurs, les constructeurs de routes, les installateurs de chauffage et de ventilation et les monteurs électriciens.

Pour toutes les autres professions, l’évolution annuelle du nombre d’offres d’emploi se situe entre +5% et -5%, ce qui se reflète également dans la stagnation générale sur le marché suisse de l’emploi. « Il convient en outre tenir compte du fait que l’augmentation du nombre d’offres d’emploi en 2018 a été particulièrement importante dans certains secteurs professionnels ; le ralentissement actuel de la croissance ou une stagnation à un niveau élevé jusqu’à une légère diminution n’est donc pas très surprenant », indique Anna von Ow.

Stagnation dans les régions de Suisse

 

Dans les grandes régions suisses, il ne s’est pas non plus passé grand-chose au 4e trimestre 2019 par rapport à l’année précédente. On observe une évolution modérée uniquement dans la Suisse du Nord-Ouest, bien que la hausse ne soit également que de 5% dans cette région. Dans toutes les autres régions, l’évolution annuelle est comprise entre –1 et +1%. En revanche, l’évolution par secteur professionnel est plus marquée au sein des régions

 

Dans la Suisse du Nord-Ouest, les métiers de l’industrie et de la construction enregistrent une hausse de 11% par rapport à l’année précédente, hausse qui est principalement imputable aux métiers de la construction et du second œuvre (p. ex. monteurs électriciens), mais affichent une diminution par rapport au trimestre précédent (–6%). Le nombre d’offres d’emploi dans les métiers des services aux entreprises enregistre également une hausse de 11% d’une année sur l’autre, mais présente une stagnation d’un trimestre à l’autre. Cette catégorie comprend, par exemple, les spécialistes en ressources humaines ou les chefs de projet.

Au 4e trimestre 2019, le nombre d’offres d’emploi dans l’industrie et la construction a diminué par rapport à l’année précédente dans la région lémanique (–14%) et dans l’Espace Mittelland (–8%). Les principales victimes de cette diminution sont les professions industrielles qui comprennent, par exemple, les métiers du génie mécanique ou les professions dans l’industrie horlogère. En raison de leur vocation exportatrice, le secteur du génie mécanique et de l’industrie horlogère sont, par exemple, très sensibles aux aléas de la conjoncture et largement tributaires des partenaires commerciaux de la zone euro et d’Asie. D’un autre côté, comme au dernier trimestre, les entreprises publient actuellement un peu plus de postes pour les métiers des services à la personne et des services sociaux dans ces deux régions, affichant une hausse modérée de 6% dans la région lémanique et de 10% dans l’Espace Mittelland. Les services à la personne et services sociaux comprennent, par exemple, les métiers de la santé et du secteur hôtelier et les professions de l’assistance sociale. Dans ces deux régions, les autres secteurs professionnels stagnent, affichant des évolutions annuelles de l’ordre de +/- 5%.

On peut observer une légère augmentation de 10% dans les métiers des services à la personne et services sociaux de l’agglomération de Zurich. Ce secteur professionnel comprend, par exemple, les métiers de l’hôtellerie, de la santé et de l’enseignement. En outre, on constate une légère augmentation (+6%) du nombre de postes à pourvoir dans les métiers de l’ingénierie et de l’informatique, catégorie dont relèvent notamment les techniciens et les ingénieurs. Par contre, les métiers de l’industrie et de la construction ainsi que les services aux entreprises stagnent également dans l’agglomération de Zurich par rapport à l’année précédente.

En revanche, en Suisse orientale, seuls les métiers des services à la personne et des services sociaux affichent une augmentation par rapport à l’année précédente, avec une hausse de 11%. Pendant ce temps, les autres secteurs professionnels stagnent, ou diminuent dans le cas des métiers de l’ingénierie et de l’informatique (–10%). On observe une diminution par rapport au même trimestre de l’année précédente et par rapport au trimestre précédent.

En Suisse centrale, le nombre d’offres d’emploi dans les métiers des services à la personne et des services sociaux a diminué de 17% par rapport à l’année précédente. Les métiers des services aux entreprises enregistrent une diminution de 8%. Toutefois, dans les métiers de l’industrie et de la construction, les entreprises ont publié un peu plus de postes à pourvoir que l’année précédente (+13%).

GRAPHIQUES

11 secteurs professionnels:
valeurs en pourcentage

 

4 secteurs professionnels:
valeurs en pourcentage

 

Grandes régions:
valeurs en pourcentage

 

* Les valeurs en pourcentage affichées reposent sur l’échantillonnage de l’Adecco Group Swiss Job Market Index