Nombre des postes vacants de nouveau au niveau record de 2014 – la demande en personnel informatique est en hausse depuis un an

 

Zurich, le 6 avril 2018 – Au premier trimestre 2018, les entreprises suisses ont publié 4% d’offres d’emploi de plus que l’année dernière. C’est ce qu’a mis en évidence l’Adecco Group Swiss Job Market Index, l’unité de mesure scientifique du Moniteur du marché de l’emploi de l’Université de Zurich. Cette augmentation du nombre des offres d’emploi est principalement due à une forte croissance dans la région lémanique, tandis que les autres régions se stabilisent pour la plupart à un niveau élevé. L’augmentation observée dans les métiers de l’informatique au cours des derniers trimestres se poursuit.

Au premier trimestre 2018, l’Adecco Group Swiss Job Market Index a affiché une augmentation de 4% par rapport au printemps dernier. Par rapport au dernier trimestre, il reste à un niveau élevé (+1%). Après correction des variations saisonnières, l’indice a toutefois légèrement baissé par rapport au dernier trimestre, où il était exceptionnellement élevé. Dans l’ensemble, l’évolution positive de la conjoncture en Suisse favorise le nombre des offres d’emploi. Nicole Burth, CEO d’Adecco Group Switzerland, ajoute: «Il y a eu une recrudescence des offres d’emploi au cours des derniers trimestres, en particulier dans le domaine de l’informatique. Il n’est pas toujours facile de pourvoir des postes vacants dans l’informatique. Par conséquent, les annonces restent publiées relativement longtemps.»

Forte croissance dans la région lémanique 

Le nombre des offres d’emploi publiées connaît une hausse très supérieure à la moyenne dans la région lémanique. Au cours du premier trimestre 2018, les entreprises de cette région ont publié 27% de plus d’offres d’emploi qu’au cours du premier trimestre de l’année précédente. «Depuis 2016 déjà, nous observons une augmentation du nombre des offres d’emploi dans cette région. D’une manière générale, cette tendance reflète la conjoncture positive dans la région lémanique. La reprise du marché suisse à l’exportation se ressent de manière particulièrement forte dans la région lémanique», explique Jan Müller du Moniteur du marché de l’emploi de l’Université de Zurich. Dans presque toutes les autres régions, le nombre des offres d’emploi s’est maintenu à un niveau élevé par rapport au premier trimestre 2017. En Suisse centrale (+2%), dans l’Espace Mittelland (+1%), dans l’agglomération de Zurich (-1%) et en Suisse orientale (-3%), on ne relève que des variations marginales. Dans la Suisse du Nord-Ouest, le nombre des offres d’emploi diminue (-6%).

Dans la région lémanique, la demande dans les métiers de la technique et de l’informatique est particulièrement forte (+44%) par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente. Nous observons cette forte progression dans les métiers de la technique et de l’informatique depuis déjà près d’un an. Cela dit, les autres groupes professionnels enregistrent également une augmentation remarquable du nombre des offres d’emploi. Les groupes professionnels de l’industrie et de la construction (+40%), des services aux particuliers et des services sociaux (+35%) et des services aux entreprises (+17%) connaissent tous une forte croissance. «L’amélioration de la conjoncture étrangère stimule le commerce extérieur. Dans la région lémanique, par exemple, le secteur des technologies de l’information et de la communication, fortement représenté dans cette région, ainsi que les industries du métal et de l’horlogerie en bénéficient. En outre, on observe dans cette région une évolution favorable supérieure à la moyenne dans les professions des sciences de la vie et de l’hôtellerie. Cette tendance favorise la création de nouveaux emplois», ajoute Jan Müller.

Contrairement à la région lémanique, on constate un léger recul du nombre d’offres d’emploi dans la Suisse du Nord-Ouest (-6%). Cette évolution est principalement due à une baisse de la demande en personnel dans les professions des services aux particuliers et des services sociaux (-13%). En revanche, le développement des métiers de la technique et de l’informatique dans la Suisse du Nord-Ouest suit également la tendance positive observée à l’échelle de la Suisse: ils enregistrent une augmentation de 12%. Globalement, une vision à plus long terme du développement de la région montre qu’il y a eu un nombre exceptionnellement élevé d’offres d’emploi au cours du même trimestre de l’année précédente et que le nombre total actuel d’offres doit donc plutôt être considéré comme une stabilisation, comme dans le reste de la Suisse alémanique, que comme un recul.

Forte demande dans les métiers de l’informatique et dans l’industrie et les transports

 

Après une augmentation déjà remarquable du nombre des offres d’emploi dans l’informatique au cours des deux derniers trimestres, la demande se maintient au même niveau élevé ce trimestre (+2% par rapport au dernier trimestre). Par rapport au premier trimestre 2017, cela représente une augmentation de 17% pour ces professions. «Dans presque toutes les régions, le nombre de postes vacants dans les métiers de l’informatique augmente depuis près d’un an. Nous partons du principe que les entreprises recherchent de plus en plus de personnel en raison des nouvelles possibilités techniques pour faire avancer l’automatisation. D’une part, cela exige un grand savoir-faire technique; d’autre part, l’automatisation requiert aussi de la coordination ainsi qu’une optimisation des processus et la communication», commente Nicole Burth. Vu sous cet angle, il n’est pas surprenant que, parallèlement à l’informatique, une évolution positive se profile aussi au niveau des postes vacants dans les domaines de la gestion et de l’organisation. Dans ces domaines, le nombre des offres d’emploi a augmenté de 9% par rapport à l’année précédente.

Depuis 2017, le nombre des offres d’emploi n’a également cessé d’augmenter dans les secteurs de l’industrie et des transports. En 2015, le nombre des offres d’emploi dans ce groupe professionnel a fortement chuté suite au choc du franc suisse. Par rapport à l’année précédente, le nombre des postes vacants a de nouveau nettement augmenté de 9%. «L’économie s’est en grande partie remise du choc du franc suisse, de sorte que davantage de postes ont de nouveau été créés et publiés. Le groupe professionnel de l’industrie et des transports, qui dépend fortement des exportations, en est une parfaite illustration», ajoute Burth.

Par rapport à l’année précédente, cependant, il y a eu une baisse des offres d’emploi dans le secteur des bureaux et de l’administration (-16%). Cependant, comme la demande dans ce domaine a de nouveau légèrement augmenté par rapport au dernier trimestre (+3%), la tendance négative qui persistait depuis le milieu de l’année dernière semble avoir été stoppée. «Il faudra observer au cours des prochains trimestres si et dans quelle mesure la demande dans le secteur des bureaux et de l’administration se redressera. Nous partons du principe que certaines de ces professions seront de plus en plus automatisées à mesure que la numérisation progressera», note Burth. Avec une baisse de 11% par rapport au premier trimestre 2017, la demande est également en baisse dans le secteur de la construction et du développement. Après une demande très forte dans le secteur de la construction entre la fin 2016 et l’automne 2017, le marché semble désormais avoir atteint un certain point de saturation. «Le nombre des offres d’emploi pourrait à nouveau se stabiliser à un niveau similaire à celui de la mi-2016», ajoute Müller.

Précisions sur le Tessin: le recrutement s’intensifie au Tessin

 

Comme le révèle un sondage représentatif des entreprises suisses, réalisé au cours de ce printemps 2018 par le Moniteur du marché de l’emploi de l’Université de Zurich, la part des entreprises affichant des postes à pourvoir est de 10% pour l’ensemble de la Suisse, ce chiffre étant beaucoup moins élevé au Tessin. Par conséquent, le nombre de postes à pourvoir dans les entreprises du Tessin est aussi nettement inférieur à celui des autres régions de Suisse. «Par rapport aux grandes entreprises, les micro-entreprises, dont le nombre est supérieur à la moyenne dans le Tessin, sont rarement en quête de nouveaux collaborateurs. Par conséquent, la moyenne de postes vacants par entreprise dans le Tessin est relativement faible», ajoute Müller. Cependant, si l’on ne prend en compte que les entreprises qui recherchent du personnel au moment de l’enquête, ces différences disparaissent. La moyenne des offres d’emploi par entreprise n’est donc pas moins élevée dans le Tessin que dans toute la Suisse.

* Les données du sondage scientifique des entreprises suisses réalisé par le Moniteur suisse du marché de l’emploi de l’Université de Zurich sont représentatives de toute la Suisse. Mais cela ne s’applique pas à une région d’aussi petite taille que le Tessin.

GRAPHIQUES

Évolution de l’offre

d’emploi par

profession

 

Évolution de l’offre

d’emploi par grande

région

 

Précisions sur le

Tessin.png

 

Évolution de l’offre

d’emploi par

profession

 

Indice global et indices

partiels

 

Information concernant la collecte de données: Optimisation

 

En raison des révisions apportées à l’Adecco Group Job Market Index pour le premier trimestre 2018, certains des chiffres présentés dans ce communiqué de presse diffèrent légèrement de ceux qui ont été publiés à partir du premier trimestre 2018. Les révisions ont pour but d’adapter l’indice à un marché du travail en constante mutation. Elles concernent principalement l’affectation des différents intitulés de postes aux groupes professionnels et l’insertion multiple d’offres d’emploi. Ces révisions visent à optimiser l’indice. Toutefois, les chiffres publiés précédemment ne perdent en aucun cas leur validité.